Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/10/2018

Impact individuel et collectif de Vénus rétrograde en astrologie humaniste...

La planère Vénus se déplace lentement et s'éloigne peu du Soleil. On l'appelle aussi l'Etoile du Berger. Vénus brille si intensément qu’elle est la première “étoile” à apparaître dans le ciel du soir après le coucher du Soleil, ou au contraire la dernière à disparaître à l’aube, selon les périodes. On peut donc supposer que les bergers ont toujours été très familiers de cet astre particulier qui marque le début ou la fin de leur journée avec leurs troupeaux.

Vénus se déplace, lors de son cycle de 8 ans, à raison de 2°  dans les signes.  Les rétrogradations de Vénus ne sont pas fréquentes: environ 5 fois tous les 8 ans. Ces 5 rétrogradations de Vénus s'inscrivent dans une étoile à 5 branches (pentacle). Le chiffre  5 (quintile), que certains rapprochent du symbole de  l'être humain individualisé, selon Mr Luc Bigé, astrologue, se rapporte à "l'application consciente de la volonté pour une métamorphose radicale".

Or, entre le 5 octobre 2018 et le 16 novembre 2018, la planète Vénus sera rétrograde entre 10°50 du signe du Scorpion et 25°15 de la Balance. Cette rétrogradation va se combiner à la boucle de rétrogradation de Chiron en fin du signe des Poissons du 25/9  jusqu'au 9 décembre 2018, à celle d'Uranus qui entre à nouveau en Bélier et de Mercure à 13°30 du Sagittaire. Cette fin d'année promet donc d'être particulièrement importante au plan individuel et collectif.

Les périodes de rétrogradation, écrit Mr Bigé, sont généralement "des périodes de réorientation consciente de notre manière d'utiliser la fonction psychologique symbolisée par la planète concernée". Avec Vénus, chacune de ses rétrogradations nous propose de réfléchir sur nos relations, l'amour et nos valeurs en cherchant à les réajuster. Il peut s'agir de montrer comment manifester le sacré dans le monde profane; c'est à dire dans nos occupations quotidiennes actuelles.

C'est par exemple le bon moment, affirme Mr L. Bigé, "pour nous débarrasser de vieilles habitudes affectives en les remplaçant par de nouvelles attitudes".  Au niveau du corps, le moment est venu de purifier le système sanguin et hormonal en transformant notamment son régime alimentaire, ses soins au quotidien pour davantage se reconnecter à son être profond.

Pendant toute cette période, pourquoi ne pas saisir l'opportunité de chercher à achever des entreprises en cours, à balayer des mémoires karmiques manifestement dépassées? Bref, un impulse à saisir pour accepter de s'aimer avec ses lumières comme ses limitations et trouver une forme de "plénitude intérieure".

Lyliane'

Écrire un commentaire