Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/09/2018

Mieux former les médecins aux soins palliatifs...

Mme Carine Hahn a recueilli pour Valeurs Mutualistes le témoignage de Mme Brigitte Micheau, Présidente de l'UNASP (Union nationale des associations de soins palliatifs) et bénévole en soins palliatifs. L'UNASP fédère 70 associations de soins palliatifs et compte 1 600 bénévoles intervenant à l'hôpital, dans les EHPAD et à domicile. Mme Hahn milite pour une application effective de la Loi Clayes-Leonetti de 2005 et une meilleure formation des médecins.

Etre en soins palliatifs implique, en effet, du personnel soignant une présence auprès du malade et de sa famille, dès l'annonce de la maladie grave et évolutive jusqu'au décès en passant par une prise en charge de la douleur selon la Charte  des soins palliatifs. Certains médecins ne connaissent pas encore bien et n'appliquent pas partout cette loi. Les familles par contre la connaissent et demandent son application.

Pour le moment la formation des médecins aux soins palliatifs est très inégale. Parfois aussi ils n'ont pas les outils médicaux et humains. Aussi, la prise en charge de la "sédation profonde et continue jusqu'au décès" est loin d'être opérationnelle. L'UNASP  prône un accompagnement humaniste du patient en défendant ses droits. elle cherche à "éviter la banalisation du temps de la mort dans une société du bien-être individualiste, où elle est sortie du champ".

Mme Hahn cherche des fonds et essaie de sensibiliser les institutions. Car les aides ont baissé d'environ 70% et beaucoup ont disparu. Elle forme des équipes de bénévoles quand c'est possible pour répondre à la demande des hôpitaux. Heureusement, à la rentrée 2018, tous les étudiants en médecine, mais aussi les infirmiers et les kinésithérapeutes devraient pouvoir effectuer un stage dans une unité de soins palliatifs. Cela était inscrit dans la loi pour tous les soignants mais jusqu'ici cela a peu été appliqué.

Il faut savoir que si 85% des Français souhaiteraient finir leur vie à domicile, 60% des décès ont lieu au cours d'une hospitalisation. Parfois les malades disposent d'une pompe à morphine comme à l'USP de l'Hôpital Bretonneau (Paris) pour s'administrer une dose adaptée à leur douleur. Là les soignants essaient de cultiver avec eux les petits plaisirs de la vie en flattant les 5 sens du malade (musique, tableaux au mur, animaux…). 

Pour en savoir davantage, joindre par exemple sur Internet: www.parlons-fin-de-vie.fr.

Lyliane

Écrire un commentaire