Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/08/2018

En Alsace, des allocataires du RSA sont devenus bénévoles...

Dans le Haut-Rhin, plus de 800 bénéficiaires du RSA (revenu de solidarité active) ont accepté de signer une clause qui les engage à accomplir des heures de bénévolat en contrepartie de l'allocation, écrit Mme Elise Descamps, correspondante régionale de Moselle, dans le journal La  Croix du jeudi 12/7/2018. Initialement, en 2016, le département souhaitait rendre la mesure obligatoire, ce qui avait soulevé de l'indignation de nombreuses associations, jugeant la mesure stigmatisante. Le Préfet du Haut-Rhin avait attaqué cette délibération devant le tribunal administratif, qui l'avait annulée. Le Conseil départemental avait alors rendu ce dispositif modulable et facultatif. Finalement, le 15 /6/2018, le Conseil d'Etat avait donné raison au département, qui n'est pas revenu pour autant à sa décision initiale, préférant moduler selon l'état de santé des personnes et leurs chances de retrouver un emploi.

Sur 16 800 foyers allocataires, 10 000 environ ont signé un C.E.R. (contrat d'engagement réciproque), les candidats aux aides ayant coché la case bénévolat apparue depuis le 1/9/2017 sur les documents. Certains font des tâches associatives ( par exemple aide à de l'animation en EHPAD comme le pliage du linge …) quelques heures par semaine et ils en sont ravis. En effet, cela responsabilise les personnes, crée du lien social et permet aux allocataires de remettre "le pied à l'étrier". Par ailleurs, aucune sanction n'est prévue pour les personnes refusant de signer la case d'engagement. F.O (force ouvrière) un des syndicats les plus représentatifs dans le secteur, a demandé de bien préciser que "ce n'est pas une main d'œuvre gratuite dans un secteur impacté durement par la baisse des emplois". Il faudrait sans doute créer un dispositif de contrôle pour le vérifier. 

Quoi qu'il en soit, voilà une initiative qui pourrait être étendue à d'autres départements. Les effets positifs de ce dispositif optionnel pourraient être analysés. On entend souvent dire que ces personnes seraient "des assistés". Les chiffres semblent montrer le contraire! Pour en savoir davantage, consulter sur Internet le site: https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits

Lyliane

 

Écrire un commentaire