Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/06/2018

Nouvelle règlementation européenne pour la protection des données personnelles.

Dans le Courrier du retraité N° 221, un article de Mme Anne Sophie Quérité est consacré au Règlement général sur la protection des données (RGPD) qui est entré en vigueur au 25 mai 2018. Cette nouvelle règlementation vise "à renforcer la protection des données personnelles des individus au sein de l'Union Européenne". En effet, l'exploitation et le détournement des données personnelles sont de plus en plus fréquents. Le dernier scandale en date est celui de Cambridge Analytica qui, "par le biais d'un questionnaire véreux, s'est emparé des informations personnelles de 50 millions de personnes". Jusque là les citoyens ne semblaient pas tellement interpellés par les déviances du système. Ils recevaient une publicité ciblée et ne voyaient pas bien le risque que les Géants du Web récupèrent leurs données.

Pourtant, que nous nous en rendions compte ou pas, toutes les traces numériques laissées sur le Net par les internautes sont exploitées à des fins commerciales. Il est difficile pour le citoyen lambda de contrecarrer ce système car" le processus est retors, invisible et même sournois". Ce nouveau règlement, sans entrainer des changements radicaux, imposera aux acteurs du web l'obligation de notifier leur politique de protection des données. Une démarche active de la part des utilisateurs est désormais requise: ils doivent prendre connaissance de ces nouvelles règles afin d'être responsables de leurs données personnelles.

Le respect de la législation sera assuré par la CNIL, dont les pouvoirs se trouvent renforcés, et par les associations de consommateurs qui pourront conduire des actions collectives pour forcer à cette mise en conformité. C'est un premier pas important, mais, "pour une réforme en profondeur, il faudrait par exemple une date au-delà de laquelle les données personnelles seraient supprimées. Il faudrait également que les internautes soient prêts à payer pour des services en vue d'éviter la publicité". Voyons tout de même le bon côté de ces avancées. Des alternatives aux grands réseaux sociaux ou aux plates-formes centralisées commencent en effet à émerger! Avec Quant notamment et Lilo! Mais des prises de position politiques devraient suivre… A nous de les demander!

Pour en savoir davantage sur ce sujet, consulter notamment sur Internet: https://www.cnil.fr/fr/comprendre-vos-obligations/les-principes-cles ou www.qwant.com.

Lyliane

Écrire un commentaire