Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/04/2018

Comment redonner confiance en l'école?

Eduquer, c'est l'affaire de tous! C'est ainsi que commence l'article que j'ai, grâce à une amie, découvert dans le journal la Croix du 22/11/2017. Si les Français conservent une relative confiance dans leur école (67% environ des personnes interrogées), notre système éducatif mériterait d'être à repenser dans certains domaines comme la réduction des inégalités sociales, l'apprentissage du respect des autres et l'épanouissement de chaque jeune qui lui est confié. Dans les quartiers défavorisés notamment, reconnaît Mr Eric Debarbieux, spécialiste des violences scolaires, l'école reste le seul bastion encore un peu solide pour de nombreuses familles. Mais, selon lui, cet édifice commencerait à craquer d'un peu partout...

"Aider les jeunes à trouver du travail en sortant du lycée serait encourageant", témoigne un collégien parisien de 14 ans, "mais il faudrait offrir plus de places à l'Université et rendre les études moins chères. Même les non bacheliers devraient pouvoir trouver des passerelles, entrer à l'Université, car quand on vient d'un milieu défavorisé, on n'a que rarement sa chance"... Les parents de familles aisées, par contre, peuvent faire appel pour leurs enfants à des professeurs pour des cours particuliers ou à des prépas privées. Ce marché serait le plus important d'Europe (plus de 2 milliards d'euros). Cela montrerait apparemment une perte de confiance dans les formations scolaires gratuites...

L'Education Nationale essaie de prendre au sérieux ces signaux, en cherchant à développer un accompagnement personnalisé de qualité. Les familles globalement font confiance aux enseignants en tant que personnes, toutefois beaucoup pointent un manque de moyens (classes surchargées, absentéisme, AVS (assistants de vie scolaire) rares, professeurs en congés de maternité non remplacés, enfants ne sachant pas lire à l'entrée du collège, violences scolaires...). Les écoles privées sous contrat attirent de ce fait de plus en plus de familles.

Espérons que notre nouveau ministre saura saisir cette question à bras le corps, afin de montrer que l'école reste malgré tout un service public de proximité en qui les Français peuvent garder leur confiance... Cela pourrait à mon sens se faire en visant des transformations sur le long terme et en redonnant leur place aux enseignants. Car ils ne sont pas responsables du chômage, ni des difficultés sociétales. Chacun de nous ne pourrait-il pas, là où il vit, aider des élèves en difficulté à faire leurs devoirs certains soirs en assurant du soutien scolaire bénévole?

Lyliane

Écrire un commentaire