Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/01/2018

Le groupe Ecocert met en garde au sujet de la norme ISO 161 28 pour les cosmétiques naturels et bio

Engagé depuis plus de 20 ans dans le développement de l'agriculture biologique en France et dans le monde, le groupe Ecocert est le leader mondial de la certification en agriculture biologique et cosmétique. Le journal Bio-contact nous rappelle "qu'en 2017, il a certifié plus de 23 000 cosmétiques biologiques et naturels, selon le cahier des charges Ecocert et Cosmos et ce dans plus de 70 pays". Ce groupe compte actuellement 24 filiales et regroupe plus de 800 salariés. Son siège se trouve à l'Isle-Jourdain dans le Gers.

Présent dans le groupe de travail sur la seconde partie de la norme ISO 161 28, Ecocert souhaite apporter des précisions aux consommateurs. En effet, comme la norme européenne Cosmos, Ecocert s'est systématiquement opposé aux propositions "jugées contraires ou trop éloignées des valeurs intrinsèques à l'agriculture biologique". Le groupe regrette que certaines de ces dispositions aient malgré tout été adoptées et publiées dans la norme.

Le groupe Ecocert souhaite notamment alerter sur trois dispositions qui pourraient prêter à confusion:

- la qualification comme "ingrédients naturels" d'ingrédients issus d'OGM y compris en Europe.

- l'autorisation de substances pétrochimiques (parabènes, solvants pétrochimiques...) dans la composition de tous les produits y compris ceux avec un indice de naturalité ou d'origine biologique.

- l'instauration d'un mode de calcul d'indices de naturalité et d'origine biologique pouvant entraîner la confusion quant à leur teneur véritable. ce mode de calcul permettant par exemple de calculer un indice d'origine naturelle ou bio, alors qu'aucun des ingrédients n'est réellement naturel ou certifié bio.

Il y a pour Ecocert dans cette norme ISO une question de confiance vis à vis des consommateurs, notamment dans les pays hors d'Europe, où les cahiers des charges sont pratiquement inexistants. De plus, les normes ISO sont "réputées pour leur sérieux dans les milieux industriels". Et leur portée internationale est censée faciliter l'harmonisation et la structuration des marchés. Aussi, Ecocert incite à la vigilance quant à l'utilisation et à l'évolution de cette nouvelle norme (dérives possibles dans l'étiquetage notamment)...

Pour davantage d'informations, joindre sur leur site: www.ecocert.com.

Lyliane

Écrire un commentaire