Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/12/2017

Grâce à l'ACAT (action des chrétiens contre la torture), quatre prisonniers ousbèks ont été libérés...

L'ACAT est une organisation de chrétiens engagés pour les Droits de l'Homme. Elle intervient partout dans le monde. Elle propose notamment d'écrire aux autorités chaque fois que des personnes sont détenues arbitrairement. Elle informe aussi, grâce à ses lettres d'information, des violations dont elle a connaissance, comme depuis 2015 à propos des "crimes contre l'humanité" perpétrés par les forces gouvernementales au Burundi à l'encontre de tous les opposants (journalistes, associatifs, simples citoyens...).

L'organisation défend notamment Mr Germain Rukuki, employé par l'Association des juristes catholiques du Burundi, qui se trouve incarcéré au secret depuis juillet 2017 à Bujumbura pour avoir collaboré avec l'Acat. Pour le soutenir, elle propose d'écrire au Président du Burundi, car "se taire contribue à laisser se développer de telles injustices". Faire un don à l'Acat permet également de donner les moyens d'agir à ses 37 000 membres actifs partout à travers le monde.

Heureusement, la plupart de ses actions ne sont pas vaines. L'Acat salue actuellement la libération de quatre prisonniers qui ont passé 9 ans dans les geôles ouzbèkes. il s'agit de Mr Ganihon Mamathonov, défenseur des droits de l'homme, qui a bénéficié d'une libération conditionnelle en octobre 2017. Mr Azam Formonov, défenseur des agriculteurs et ancien directeur de la Société des droits de l'homme d'Ouzbékistan, vient lui aussi d'être libéré après neuf années d'incarcération sans aucune raison valable.

Quant au journaliste, Mr Salijon Abdourakhmanov, il a retrouvé la liberté le 4/10/2017. Mr Akzam Turgunov, opposant politique au régime dictatorial en place, a pour sa part passé près de 10 ans en prison. Il a été également libéré courant octobre 2017. L'Acat se félicite de ces libérations, tout en espérant que d'autres acteurs de la société civile détenus arbitrairement puissent être libérés rapidement. 

Pour en savoir plus sur l'Acat ou pour faire un don, contacter www.acatfrance.fr.

Lyliane

Écrire un commentaire