Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/11/2017

Le naturel et la bio plaisent aux Français...

Cnews Matin, petit journal gratuit distribué sur la voie publique, signale que dans beaucoup de domaines (produits alimentaires, d'entretien, cosmétiques, vêtements...) les consommateurs français sont de plus en plus nombreux à vouloir acheter des articles de qualité et respectueux de l'environnement. En effet, l'Agence Bio, plate-forme nationale qui milite pour le développement de l'agriculture biologique en France, confirme son optimisme.

Selon cette agence, cette année 2017, 19 nouvelles fermes bio ont ouvert chaque jour dans notre pays. 100 000 emplois directs sont en effet concernés par la filière bio, tous secteurs confondus. Et 82% des Français estiment qu'il est important de développer l'agriculture biologique, tout en souhaitant voir davantage d'ingrédients bio dans les restaurants, les cantines notamment, et 77% dans les hôpitaux...

Cet engouement général touche toutes les classes sociales. Les consommateurs soulignent leur désir de prendre soin de leur santé (66%), de préserver l'environnement (58%) et de consommer des aliments sains ayant meilleur goût 56%). Les moyennes et grandes surfaces ont du s'adapter rapidement à la demande des consommateurs, car les scandales alimentaires ont été nombreux et très médiatisés (oeufs, poulets, viande...). 

Les régions Occitanie, Auvergne-Rhône-Alpes et Nouvelle Aquitaine sont les plus productives actuellement en la matière. On y développe des céréales(sans OGM, ni pesticides), des fruits et des légumes et de la viticulture. Mais le secteur de la beauté n'est pas oublié. Le label Cosmebio,  délivré aux produits sans paraben, OGM, ni parfum de synthèse est en effet très demandé en boutique comme en parfumerie. La croissance annuelle de ce marché atteint 7% pour un montant de chiffre d'affaire des cosmétiques bio de quelques 450 millions d'euros.

Comme quoi le consommateur, par sa demande clairement affichée, influe sur la production et l'oriente vers ce qu'il désire. Alors, n'hésitons pas à aller encore plus loin et à faire en sorte que cette tendance soit partout suivie. Non seulement elle va créer des emplois, pérenniser des exploitations misant sur la qualité, mais elle va également permettre de faire baisser les prix pour que le bio, grâce aux circuits courts (Amap, vente directe, coopératives...) devienne accessible à tous.

Lyliane

 

Écrire un commentaire