Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/09/2017

Champignons médicinaux ou mycothérapie...

Depuis des millénaires, les champignons sont consommés en Chine, aussi bien dans la nourriture qu'en tant que médicaments. Les champignons médicinaux sont nommés "neutraceutiques" parce qu'ils possèdent deux fonctions: la première est alimentaire, la seconde est thérapeutique. Un article publié dans Biocontact du mois de juin 2017 souligne que les champignons médicinaux possèdent des vertus adaptogènes et sont réputés pouvoir relancer le système immunitaire quand celui-ci est affaibli par des traitements (chimiothérapie). Néanmoins, selon Mr J.C. Secondé, ostéopathe D.O. conférencier et formateur, auteur de plusieurs ouvrages concernant les champignons, quelques réserves (avec des nourrissons et de jeunes enfants) et contre-indications (des personnes greffées ou sous anticoagulants) doivent être prises en considération.

Le Shiitaké par exemple contient un polysaccharide, le lentinane qui active les lymphocytes-T et les macrophages, lesquels jouent un rôle important dans le système immunitaire. Le maïtaké contient quant à lui le MD-fraction, découvert par le Pr Hiroaki Nanba, qui aurait une activité anticancéreuse reconnue dans la prévention des métastases. Le reishi ou lentin du chêne aurait notamment une action de protection hépatique. Le Coriolus versicolor serait bénéfique sur la moelle osseuse. Il serait actuellement en cours d'expérimentation et pourrait être conseillé pour ralentir le virus HIV. Toutefois, contrairement à la chimiothérapie, les bétaglucanes des champignons n'ont aucune action directe sur les cellules cancéreuses: ils augmentent simplement l'activité des globules blancs.

Pour se fournir en champignons, l'auteur de l'article conseille d'aller en boutique spécialisée ou chez des producteurs, car par Internet nous n'avons pas nécessairement des garanties de leur provenance. On peut consommer des champignons frais crus, coupés en morceaux, râpés ou déshydratés. Les boutiques d'alimentation exotique en proposent souvent. Des gélules ou comprimés (3 à 5 par jour) peuvent être absorbés en cours de repas. La poudre de champignons, affirme Mr Secondé, est la meilleure présentation conseillée. Prise à jeun ou pendant le repas, dans de l'eau très chaude avec du thé vert matcha, elle protégerait l'organisme de certains cancers...

L'avantage de ces champignons est qu'ils peuvent être associés à des traitements chimiques. Une cure de mycothérapie, en effet, peut être suivie en même temps qu'un traitement de chimiothérapie. Personnellement, c'est ce que j'ai fait pratiquement dès le début du traitement. Pour en savoir davantage, consulter par exemple: www.jcseconde.com , www.viesaineetzen.com › Médecines alternatives et complémentaires ou https://www.mycotherapie.net.

Lyliane

Écrire un commentaire