Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/09/2017

Attention danger: codéine!

Depuis le 12/7/2017, les médicaments à base de codéine ne sont plus en vente libre. Il s'agit notamment de l'éthylmorphine, du dextrométhorphane et de la noscapine. Un article de Mme Cendrine Barruyer dans Version Fémina nous apprend que ces produits sont devenus la nouvelle drogue des jeunes. Plusieurs adolescents en effet sont morts après avoir pris en soirée du sirop codéiné acheté sans ordonnance mélangé à un antihistaminique et à de la limonade (cocktail nommé purple drank).

La codéine est une molécule de la famille des opiacés. Après ingestion, une partie du produit se transforme en morphine. Vendue généralement pour lutter contre les problèmes de toux, écrit Mr le professeur Patrick Mura, chef de service au CHU de Poitiers, elle a une action antalgique plus forte que le paracétamol. De plus, ajoute-t-il, elle est susceptible de créer une dépendance, car elle procure une euphorie qui ne dure que 2 h environ. Chez l'adulte, la dose pouvant causer le décès se situe entre 500g  et 1g.

A la longue, l'utilisation de la codéine entraîne un ralentissement de toutes les fonctions commandées par le cerveau, en particulier la respiration et l'activité cardiaque. Cela peut aller jusqu'au coma, voire à l'arrêt  cardio-respiratoire. En outre, une étude menée aux Etats-Unis le confirme: ce produit peut devenir dangereux. Le manque arrive très vite: au bout de 3 ou 4 jours seulement  chez certains ados. Toutefois, la sensibilité est variable d'une personne à une autre. D'ailleurs, depuis fin 2015, l'utilisation de la codéine  dans le traitement de la toux est contre-indiquée.

Un autre produit le tramadol a la même puissance d'action que la codéine, mais il est moins addictif. Pour lutter contre la toux et les douleurs, il est conseillé de s'adresser à des méthodes non médicamenteuses comme l'hypnose ou l'acupuncture. Si l'on se sent vraiment obligé de prendre de la codéine, ne pas dépasser 1mg/kg et par prise conseille Mr le Professeur Mura.

Les parents doivent être alertés si leur enfant a un diamètre diminué de la pupille pendant quelques heures ou s'il se plaint de constipation chronique. Une analyse d'urine peut mettre en évidence la prise de codéine. Toutefois, dialoguer avec son enfant et repérer son mal-être reste encore une des meilleures préventions.

Pour en savoir davantage, s'adresser sur internet à:  

https://www.psychoactif.org/psychowiki/index.php?title=Codéine,_effets,_risques...
 

Lyliane

Écrire un commentaire