Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/08/2017

Bien s'hydrater pour mieux vivre...

Généralement, nous croyons tout savoir sur l'eau, puisqu'elle nous accompagne tout au long de notre vie et qu'elle constitue à 60% notre corps physique dans ses principaux organes. Toutefois, j'ai apprécié le numéro spécial consacré à l'eau écrit par le docteur Jean-Paul Curtay, qui aborde en détail la problématique de l'eau et de la santé. Son dossier de Santé et de Nutrition comportant 30 pages et paru en juillet 2017 a retenu en effet toute mon attention, car il fait le point sur de nombreuses questions parfois assez controversées. Le Docteur Curtay, pour qui ne le connaîtrait pas, est l'auteur d'ouvrages de nutrithérapie. Il enseigne à la faculté de Pharmacie de Paris comme à Lisbonne, à Bruxelles, à Vienne... ce qui ne l'empêche pas d'écrire de la poésie, de composer de la musique et de peindre.

Les scientifiques sont aujourd'hui quasiment certains que la vie est apparue dans l'eau. Présente sur terre sous des formes solides, liquides et gazeuses, l'eau des océans a fourni en effet le milieu d'apparition de la vie. Quant à l'oxygène, on peut dire que c'est en quelque sorte un sous-produit de la vie, issu de l'eau et de la photosynthèse. Nous savons également que l'eau, molécule merveilleuse, est présente dans tout le cosmos.

Ceci posé, qui parmi nous a vraiment conscience que notre santé dépend de notre hydratation? Toutes les études le prouvent, l'eau est en effet indispensable à nos fonctions cérébrales, intellectuelles et émotionnelles. Pour le système lacrymal de l'oeil humain comme pour la voix, la peau, le tube digestif, les reins et la vessie, le contrôle de l'appétit et du poids, en cas de fièvre ou d'effort sportif, il est essentiel de bien s'hydrater. Ni trop, ni trop peu, le dosage est cependant important. "Le premier organe à souffrir en cas de déficit hydrique est notre cerveau. Toutefois, à plus long terme, cela contribue à un vieillissement accéléré et à des risques accrus de maladies."

Un des signes facile à reconnaître que l'on ne boit pas assez de liquide est que nos urines deviennent foncées. On considère généralement que les hommes ont besoin de 2500 ml/jour et les femmes: 2000 ml/jour. Cependant, selon notre âge, notre sexe et le moment où l'on boit, la quantité peut varier. Ne pas oublier que les aliments les plus hydratés sont les légumes et les fruits frais. De même il est préférable de consommer des boissons enrichies en polyphénols et en antioxydants comme des thés noirs ou verts, des infusions de rooibos, hibiscus, des jus de fruits bio, des laits végétaux... plutôt que soda ou café.

La position allongée la nuit étant diurétique, nous dit le Dr Curtay, il est préférable de consommer la majeure partie de l'eau pendant la journée avant 17H. Par contre, en cas de chaleur, de sécheresse ou d'activités sportives augmenter sensiblement les quantités ingérées. Il faut alors compter entre 150 et 250 ml d'eau par quart d'heure d'exercice intense. L'eau du robinet en fonction des régions est relativement dure, car elle contient beaucoup de calcaire. Plus dangereux pour notre santé sont le chlore, l'aluminium(seuil maxi: 0,2mg/l), le cuivre, le plomb, l'arsenic, les pesticides (l'atrazine particulièrement) et les perturbateurs endocriniens. Il serait urgent selon le Dr Curtay de surveiller davantage les rejets des hôpitaux dans la nature...

Idéalement, notre eau potable devrait être riche en minéraux, notamment en calcium (taux supérieur à 250mg/l), magnésium (plus de 60mg/l) et silicium (10mg/l), mais pas trop salée(taux inférieur à 200mg/l), sauf en cas de grande sudation. La consommation d'une eau riche en magnésium et en calcium a des effets anti-hypertenseurs et réduirait la mortalité par infarctus et A.V.C. Chez le nourrisson choisir par contre des eaux moyennement minéralisées comme Vittel, Evian, Volvic...

Les eaux gazeuses ont une teneur élevée en bicarbonates. Choisir une bouteille en verre réduirait le risque de présence de plastifiants, dont certains seraient des perturbateurs endocriniens. Si ce n'est pas possible (poids, magasins), choisir de préférence des bouteilles plastiques portant le chiffre 2 en polyéthylène haute densité (HDPE), 4 en polyéthylène basse densité (LDPE) et 5 en polypropylène(PP). Eviter absolument les PET/PETE, PVC, PS aux numéros 01, 03, 06 et 07.

Chez nous, la balnéothérapie, la thalassothérapie (eau de mer), les cures thermales associent généralement des soins externes et internes. Le bénéfice de ces cures paraît évident, notamment en cas d'arthrose, de problèmes circulatoires, d'obésité, de problèmes de peau, d'allergies... A la maison, le jacuzzi et l'hydromassage par jets peuvent par exemple augmenter la sensation de bien-être(production d'endorphines). Et si on a la possibilité de se baigner en mer, ces bains peuvent concilier oxygénation, exercice physique et effet relaxant.

Pour en savoir plus ou consulter le dossier sur Internet, joindre le lien suivant: https://sni.media/VWBF ou http://lapauseinfo.fr/code-couleur-urine-sante-11118/

Lyliane

Écrire un commentaire