Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/01/2021

Juridictions: du renfort annoncé!

Vols dans les transports en communs, tapage nocturne, rassemblements dans les halls d'immeubles, intrusions dans les établissements scolaires, menaces, injures, dégradations, rodéos urbains… Pour lutter plus efficacement et plus rapidement contre ces actes de petite délinquance qui pourrissent la vie quotidienne et qui restent souvent impunis, de nouveaux postes ont été créés au tribunal de Paris.
33 postes à Paris pour un total de 154 en Ile-de-France
Dix-neuf postes de juristes assistants et de renforts de greffe ont été affectés au siège et quatorze au parquet. En Ile-de-France, ce sont 154 emplois au total qui ont été créés et 914 sur l'ensemble du territoire national. Ces nouvelles recrues - qui représentent en moyenne 5 % des effectifs dans les juridictions - ont pris leurs fonctions.

« C'est le plus grand plan de recrutement dans les juridictions depuis 25 ans. Un tiers des recrues sont des agents de catégorie A et les deux autres tiers sont des agents de catégorie B. Sur un échantillon de 100 recrues au niveau national, l'âge moyen s'établit à 31 ans », précise Emmanuelle Masson, porte-parole de la chancellerie.
Raccourcir les délais de traitement des dossiers
Ces nouvelles recrues ont pour mission « d'aider les magistrats et les greffiers pour leur permettre de se dédier davantage à la justice de proximité et aux audiences spécialisées qui se tiennent dans les tribunaux judiciaires ou de proximité. Et notamment de diminuer les délais des réponses apportées à chaque affaire et au plus proche des personnes concernées », détaille la Chancellerie.
Ainsi, en 2019, hors comparutions immédiates, les délais moyens de jugement devant le tribunal correctionnel à Paris, Bobigny et Créteil après convocation par officiers de police judiciaire étaient de 7,6 mois en moyenne pour des vols dans les transports (8,4 mois en moyenne sur l'ensemble du territoire), 10,6 mois en moyenne pour des dégradations (11,8 mois en moyenne sur l'ensemble du territoire) et 7 mois en moyenne pour les rodéos urbains (idem sur l'ensemble du territoire).
Des indicateurs de performance mis en place
Pour mesurer l'efficacité de la mesure, la chancellerie a mis en place des « indicateurs de performance » qui doivent faire l'objet depuis le 1 janvier 2021 d'une remontée des parquets du nombre « de réponses judiciaires pénales traitées en proximité, des recrutements opérés dans le cadre des moyens débloqués et du taux de mesures alternatives aux poursuites dites réparatrices mises en œuvre pour les infractions ».

Écrire un commentaire