Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/10/2020

Le cinéma francophone se porte bien...

L’édition 2020 du Festival du film francophone d’Angoulême s’est terminé mercredi 2 septembre. Il a prouvé la vitalité du cinéma français. Reste à retrouver vraiment le public.

Depuis plusieurs années, le festival d’Angoulême est l’événement de rentrée du cinéma français. En étant le premier vrai festival post-confinement, il a pris une ampleur encore plus grande en accueillant aussi des films qui auraient dû être présentés à Cannes. Un sentiment que confirme Dominique Besnehard, co-directeur de l’événement, qui espère frôler les 25 000 spectateurs, contre 47 000 l’an dernier.
Au final, le festival a offert une photographie enthousiasmante du cinéma français, plein de confirmations et de jeunes artistes prometteurs.
Samir Guesmi primé
La preuve avec le Valois de diamant remis mercredi soir à Ibrahim (sortie le 9 décembre). Samir Guesmi a depuis longtemps prouvé ses qualités d’acteur (L’Effet aquatique). Il confirme, avec ce deuxième film, son talent pour la réalisation. Cette histoire d’un père et de son fils à la recherche de la dignité a également obtenu les prix de la mise en scène, de la musique et du scénario.
Le discours est un autre bel exemple de la vitalité du cinéma français. Son réalisateur, Laurent Tirard, avait réalisé des épisodes de la série Dix pour cent, Un homme à la hauteur et Le petit Nicolas. Cette fois, il fait preuve d’une grande originalité de ton autour des aventures d’Adrien (excellent Benjamin Lavernhe), jeune homme paniqué à l’idée de perdre son amour (Sara Giraudeau) et de devoir faire un discours au mariage de sa sœur (Julia Piaton). Dans un style digne de la série Bref, c’est une irrésistible comédie (23 décembre).
Le rire est aussi au rendez-vous avec La Daronne de Jean-Paul Salomé (Les Femmes de l’ombre) où Isabelle Huppert, travaillant comme traductrice pour la police, se lance dans un trafic de drogue. Une sympathique comédie policière (sortie mercredi 9 septembre).
Diversité
Plus étrange, Villa Caprice de Bernard Stora (La Dernière campagne) donne la possibilité à Niels Arestrup et à Patrick Bruel de s’affronter dans un beau duo de grands fauves entre un avocat célèbre et un chef d’industrie (pas de date de sortie).
Après Chez nous, Lucas Belvaux a encore réussi son coup avec Des hommes sur la blessure indélébile des jeunes Français partis faire la guerre en Algérie. Gérard Depardieu et plein de jeunes acteurs convaincants, dont Yoann Zimmer, mettent en lumière une guerre encore sous-traitée au cinéma (11 novembre).
Réussite aussi pour Emmanuel Courcol (Cessez le feu) qui propose Un Triomphe (6 janvier). Kad Merad y est un comédien faisant monter la pièce de théâtre En attendant Godot à des détenus. C’est très fort. Pas étonnant que ce film obtienne le prix du public et celui des acteurs pour Sofian Khammes et Pierre Lottin.
Enfin, le jury présidé par Gustave Kervern et Benoît Delépine a décerné le prix de l’actrice à la Rwandaise Isabelle Kabano dans la belle adaptation de Petit pays.
Devant une telle diversité, il ne reste plus au cinéma qu’à retrouver vraiment son public.

Selon Mr Gilles KERDREUX. - Ouest-France - mercredi 2 septembre 2020

Écrire un commentaire