Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/08/2020

La transition écologique pourrait venir des grandes villes françaises...

Malgré la très forte abstention (59 %) qui en dit long sur la défiance des citoyen·nes envers les institutions en place, la percée d’Europe Écologie — Les Verts et la réélection de nombre de nos soutiens LR et PS ouvrent grand la porte à notre principale revendication : la végétalisation des cantines scolaires. Décryptage.

La tendance végé-friendly confirméeEntre la plateforme citoyenne Le Jour d’Après ou notre pétition pour une alimentation anti-pandémie, en passant par la Convention Citoyenne pour le Climat qui s’est prononcée pour les menus végés à la cantine, la tendance est sans appel : de plus en plus de personnes plébiscitent la végétalisation de l’alimentation comme levier essentiel de la transition écologique. Les élections municipales ne font que confirmer ce constat : dans toutes les 20 plus grandes villes de France à l’exception de Reims et du Havre, il y aura des élu·es ayant apporté un soutien total à nos mesures. Concrètement, cela signifie que notre demande sera bien portée au sein des Conseils Municipaux. Là où nos souti:

ens siègeront uniquement dans l’opposition, comme à NîmesToulouse et Saint-Etienne, leurs marges de manoeuvre sera évidemment plus étroite et l’AVF y mènera donc un travail minutieux de sensibilisation des élu·es de la majorité et des usager·es. Au programme notamment : accompagnement juridique et opérationnel des parents d’élèves et formations destinées aux élu·es.

 

Les candidat-es végé-compatibles en position de force

Nous ne pouvons que nous réjouir des réussites électorales de beaucoup de nos soutiens les plus motivés, lesquelles sont dues avant tout à deux éléments : la “prime au sortant” qui a conforté dans leurs sièges les maires PS engagé·es à nos côtés, et la percée historique des alliances de gauche, souvent autour d’EELV. Ainsi, à RennesNantes et Paris, les maires socialistes sortantes alliées à EELV ont été très largement réélues. De même à Montpellier, où Michaël Delafosse (PS) allié à Coralie Mantion (EELV) a raflé la victoire contre l’ancien maire proche du mouvement présidentiel, Philippe Saurel. Tou·tes ces candidat·es avaient signé notre charte et s’étaient fortement engagé·es à nos côtés ! Nous notons d’ailleurs qu’Anne Hidalgo (maire de Paris), Nathalie Apperé (maire de Rennes) et Johanna Rolland (maire de Nantes) ont déjà amorcé une végétalisation des cantines au cours du précédent mandat.

Mais dans de nombreuses villes, ce sont de nouvelles alliances politiques, composées de candidat·es provenant en partie de la société civile, dont le succès à créé la surprise dimanche soir. A l’instar de Grenoble où Eric Piolle est réélu avec plus de 53% des voix, c’est l’union des gauches qui a su triompher à Lyon et dans la Métropole lyonnaise. En accédant aux clés de la Ville Lumière, Grégory Doucet (EELV et alliés) tourne la page du règne de Gérard Collomb. Avec Bruno Bernard (EELV et alliés) aux commandes de la Métropole et Cédric van Styvendael (Villeurbanne en Commun et EELV) à Villeurbanne, le département du Rhône passe au vert et semble déjà très favorable aux causes défendues par l’AVF. La végétalisation des menus y est bien sûr au programme, mais également la création d’une délégation à la condition animale avec des politiques municipales pro-animaux. Tout comme à Grenoble. À Strasbourg et Bordeaux aussi, où les écologistes ont obtenu d’excellents résultats bien au-delà de leurs attentes, un tournant historique s’annonce. Des délégations à la condition animale y seront peut-être envisagées, et notre demande relative aux cantines scolaires a de fortes chances d’y être instaurée.

Dans ces villes, les vainqueurs ont obtenu soit la majorité absolue, soit un nombre de sièges suffisamment grand pour leur permettre d’imposer nos propositions. Tous avaient signé notre charte, ce qui est aussi vecteur d’espoir.

 

Quelques soutiens moins assurés

Arrivé·es en tête des suffrages au sortir du 1er tour, à Nice, Angers, Lille et Dijon, les maires sortant·es et soutiens partiels de l’AVF (engagé·es pour une augmentation des menus végés, sans davantage de précision) ont chacun·e regagné leurs sièges. Bonne nouvelle : à Lille, Martine Aubry (PS) va devoir compter sur le soutien du parti vert qu’elle ne dépasse que de 227 voix. Ce dernier avait été le tout premier à répondre favorablement à notre sollicitation en janvier 2020 et pourrait donc bien inciter Mme Aubry à aller plus loin dans la végétalisation des cantines. A Nice, Dijon et Angers en revanche, l’opposition, qui est engagée plus fermement à nos côtés que la majorité, n’a réalisé qu’un très faible score. Les nouveaux édiles ont beau être plutôt ouverts à nos revendications, nous devrons donc nous mobiliser fortement sur le terrain pour qu’ils agissent concrètement !

Enfin, à Marseille, la victoire en nombre de voix du Printemps Marseillais, qui n’avait pas répondu à nos sollicitations, laisse tout de même espérer des avancées, puisque cette liste s’est alliée à notre soutien, Debout Marseille Ecologiste et Citoyenne. Mais rien n’est joué : le Printemps n’a pas obtenu la majorité absolue, et l’élection du ou de la futur·e maire de la Cité Phocéenne dépendra du choix des partis minoritaires menés par Samia Ghali et Bruno Gilles.

 

Les résultats de ce second tour laissent donc présager des avancées significatives pour la transition alimentaire vers le végétal. Ce travail ne fait que commencer : dès cet été, l’AVF se manifestera auprès des élu·es pour leur rappeler leurs engagements et leur proposer un accompagnement prolongé, avec des formations dédiées, des recettes adaptées à la restauration collective et des guides thématiques. Car la végétalisation de l’alimentation est une nécessité écologique, éthique et sanitaire, nos équipes seront mobilisées tout au long du mandat qui s’amorce aujourd’hui.

Selon AVF- Mme Sarah Champagne-29/6/2020

Écrire un commentaire