Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/08/2020

Confinement: un bilan accablant selon les docteurs Nicole et Gérard Delépine...

Dans la revue Néosanté de juillet/aoùt 2020, une interview des cancérologues Nicole et Gérard Delépine par Mme Pryska Ducoeurjoly montre que le confinement aurait aggravé la crise sanitaire du coronavirus. Selon eux, "cette mesure n'était pas justifiée, car elle n'a fait qu'alourdir le bilan humain et la surmortalité saisonnière". Les médecins interviewés pensent qu'avec quelques 30 000 morts en France, la contamination a été boostée par l'enfermement ensemble des porteurs de virus et des personnes saines. Ils nomment ce confinement "aveugle" et comparent les mortalités observées par million d'habitants des différents pays en fonction de leur politique sanitaire. Ainsi, "France, Italie, Espagne et Belgique sont parmi les pays qui souffrent de la mortalité la plus élevée, alors que les pays adeptes de la quarantaine ciblée sans confinement ont passé l'épidémie avec des taux de mortalité inférieurs à ceux de la grippe saisonnière".

Par ailleurs, les conséquences mentales sur des personnes saines, parfois psychologiquement fragiles et persuadées d'être confrontées à un danger de mort imminente sont importantes. Tous les confinés, en effet, décrivent un sentiment d'isolement et le manque de contacts sociaux. Dans toutes les études, les troubles psychiques (dépression, stress post traumatique, obésité, drames familiaux, violences envers les enfants, addiction à l'alcool, aux drogues, aux écrans...) s'accroissent avec la durée du confinement. Les SDF de leur côté ont reçu des contraventions, alors qu'ils se trouvaient sans ressource. Enfin, dans les EHPAD, la solitude complète imposée à nos aînés en a conduit certains, presque aussi sûrement que le virus, vers la mort par syndrome de glissement. Et lors des enterrements, les familles au complet n'ont généralement pas pu se recueillir. Bref, entre inhumanité et exclusions, les victimes collatérales du confinement seraient nombreuses!

Selon Nicole et Gérard Delépine, le confinement aveugle a été adopté sous la pression de l'OMS et notamment de leur statisticien Mr Neil Ferguson, mais aussi de Mr Bill Gates. L'Allemagne avait choisi la quarantaine ciblée et le pays s'en est bien relevé sur le plan économique et social. Fallait-il croire aux scénarios catastrophes de "tous ceux qui souhaitaient profiter de la panique pour promouvoir un vaccin en direction de 7 milliards de terriens"? Quoi qu'il en soit, on peut remarquer que les pays qui comme Grèce, Maroc ou Algérie ont rapidement utilisé un traitement précoce par la chloroquine ont affiché des taux de mortalité très bas. Mieux, à partir du moment où l'Italie a décidé de jouer la carte de la chloroquine et de distribuer celle-ci gratuitement dans les pharmacies pour prise à domicile, la courbe de mortalité journalière s'est mise à baisser. Le Ministère en France a-t-il outrepassé son pouvoir en imposant aux médecins de ne pas prescrire la chloroquine, tout en autorisant le Rivotril (qualifiée d'euthanasie sans consentement) dans les EHPAD?

Mr et Mme Delépine concluent leur interview en affirmant que "la victime la plus évidente du Covid-19 a été notre démocratie". La peur, en effet, aurait tétanisé la population et l'aurait empêchée de défendre son bien le plus précieux: sa liberté! Ce bilan sévère sera-t-il un jour mis au jour par nos concitoyens. Continuerons-nous à nous laisser manipuler par l'OMS ou nos gouvernants? Pour aller plus loin sur ce sujet, outre les ouvrages des Professeurs Didier Raoult et Christian Perronne, il est possible de consulter l'intervention des cancérologues le 21/3/2020 à la tribune libre de l'Agoravox intitulée: "Confinement, mesure sanitaire ou politique".

Lyliane

Écrire un commentaire