Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/05/2020

La curiosité, est ce un vilain défaut ou une très bonne chose?

Mme Carine Hahn, dans Valeurs mutualistes, nous présente l'ouvrage de Mr Jean-Pierre Martin, Professeur émérite de littérature à l'Université de Lyon 2. Ce livre est paru en 2019 dans la Collection "Les grands mots" des éditions Autrement. Selon l'auteur, la curiosité s'oppose au conformisme, au cloisonnement des disciplines et aux "ghettos de la spécialisation".  La curiosité est pour lui le signe d'un esprit de découverte et d'émerveillement  qui en principe anime l'enfance.

Etymologiquement, curiosité vient de cura qui signifie soin ou souci. C'est donc une "passion jubilatoire, pleine de vitalité. Dans notre vie, la curiosité est l'antidote à la répétition et à l'indifférence. Toutefois, en vieillissant elle peut s'émousser.  "Pour être curieux, affirme Mr Martin, il faut savoir s'arrêter, prêter attention, sortir des sentiers battus". il y a en effet des personnes "que tout intéresse"!

A notre époque, on a tendance à vouloir aller vite, à être impatient, alors que nous avons à notre disposition "mille objets de curiosités nouvelles". Ainsi, on peut par exemple s'intéresser à nos origines, à l'univers, aux espèces en voie de disparition... La curiosité devrait commencer à l'école, mais à tout âge, c'est une "attitude mentale bénéfique", car c'est une ouverture au monde, à ses beautés. Internet, la radio, la lecture, la télévision, les musées, la Nature, tous ces supports sont susceptibles d'éveiller notre curiosité.

En période de confinement, voilà une lecture bénéfique pour nous faire tourner nos regards vers des sujets inédits  et nous faire prêter attention au monde et à autrui.

Lyliane

Écrire un commentaire