Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/04/2020

Couturières du coeur fabriquant des masques....

Cécile Carciani et Abellina Saint Juste ont créé le groupe Facebook « Les Couturières du cœur ».Environ 700 couturières s’y coordonnent pour réaliser des masques de protection à destination des professionnels exposés au coronavirus. Depuis le confinement, l’approvisionnement en matières premières (fils, tissus et élastiques) et la distribution sont devenus compliqués.

« Que des personnes soumises au décret et obligées de travailler ne puissent pas porter de masques, c’est criminel ! » Par téléphone, la Niçoise Abellina Saint Juste ne mâche pas ses mots en pensant au quotidien de ces professionnels. Avec une amie, elle a décidé de convertir sa colère en action concrète.

Plus de 10.000 masques fabriqués en trois jours

Le 16 mars, Cécile Carciani et Abellina Saint Juste ont créé le groupe Facebook « Les Couturières du cœur ». Ce dernier met en relation des professionnels en manque de masques de protection (personnels médicaux ou paramédicaux, pompiers, postiers, caissiers, éboueurs, etc.) avec des bénévoles qui peuvent en fabriquer.

« Ça a commencé sur un coin de table mais on s’est vues très vite dépassées par le nombre de volontaires et par les demandes des bénéficiaires », témoigne la cofondatrice du projet. En trois jours, plus de 10.000 masques en tissu ont ainsi été fabriqués par près de 600 couturières dans toute la France.

La collaboration s'organise en ligne

Aujourd’hui, plus de 700 couturières apportent leur contribution à la plateforme et 170 sont en attente d’approbation. « Ce sont vraiment elles qu’il faut mettre en avant », lance Abellina Saint Juste.

En moyenne, entre six et dix masques sont réalisés chaque jour par personne. Les couturières professionnelles les plus rapides peuvent, quant à elles, atteindre entre 30 et 50 unités quotidiennes.

Pour cadrer la production, un memo a été mis en place sur base des recommandations du professeur Daniel Garin et d'une ingénieure textile. Deux tutoriels vidéos ont également été créés pour assister les débutants.

Une plateforme de dispatching en ligne a également été lancée par les deux informaticiens du projet.

Le confinement complique la logistique

Depuis la mise en place du confinement, les « couturières du cœur » doivent faire face à deux problèmes logistiques : l’approvisionnement et la livraison. Pour tenter de lever ces freins, Abellina Saint Juste a adressé un courrier à Christian Estrosi, président de la métropole et maire de Nice, ainsi qu’à l’association des maires de France et à l’Association des départements de France. « Nos couturières manquent de fournitures qu’elles ont gracieusement offertes jusqu’alors (tissus, élastique, fil à couture). Nous avons besoin d’un appel aux dons pour les acteurs du “secteur couture” avec distribution par exemple par la police municipale chez les couturières recensées », y expose l’administratrice.

Si besoin, elle demande « le concours des acteurs locaux (police municipale) et l’aide des services de l’Etat pour réquisitionner, par la loi du 5 mars 2004, les matériaux nécessaires, faute de collecte ».

Masque réalisé par les
Masque réalisé par les - Couturières du cœur

L'Azuréenne estime par ailleurs « avoir besoin que la police municipale puisse récupérer la production de chaque couturière. Les masques seront dans des enveloppes (à nous fournir) pour que les destinataires qui ont passé commande puissent les récupérer sereinement au commissariat en produisant leur carte d’identité, (et éviter ainsi le trafic). »

Contactée par 20 Minutes, la ville de Nice indique « ne pas encore avoir eu connaissance de ce courrier » et qu’elle « l’étudiera lors de sa réception pour voir de quelle manière (elle) peut les aider ». La municipalité rappelle que « 100.000 masques chirurgicaux et 40.000 FFP2 seront reçus ce mercredi 25 mars ». Ils seront distribués « aux professions libérales de santé (médecins, infirmiers, pharmaciens et dentistes) et au personnel municipal et métropolitain mobilisé au quotidien (police municipale, agents du nettoiement et de la collecte, état civil, transport…) »

Selon 20 Minutes

 

Écrire un commentaire