Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/02/2020

Fin du gaspillage alimentaire?

Lancé cet été par une fille d’agriculteur, Foodologic propose de mettre en relation différents acteurs pour lutter contre le gaspillage alimentaire et améliorer la rémunération des producteurs.
Que font les agriculteurs de leurs fruits et légumes invendables? Parfois trop petits, ces produits peuvent ne pas correspondre à certaines normes ; en cas de saison exceptionnelle, il peut aussi y avoir de l’excédent, qui ne pourra pas être diffusé en grande distribution ou ailleurs. Dans les deux cas, ils ne sont pas vendus. C’est ainsi qu’une partie non négligeable de la production de fruits et légumes reste donc dans les terres, quand elle n’est pas détruite.
Pour tenter d’enrayer ce gaspillage, une entrepreneuse normande implantée à Rennes depuis quelques années a fondé sa société l’été dernier. Celle-ci a pour ambition de mettre en relation agriculteurs, industriels et restaurateurs. «Le but, c’est de créer une nouvelle filière», un nouveau circuit court, lance-t-elle avec ambition au Figaro. Magali Duramé a beau avoir travaillé près d’une quinzaine d’années dans la grande distribution, elle n’évolue pas en terre inconnue. «L’univers agricole n’est pas nouveau pour moi, j’ai grandi dans une famille d’agriculteurs», confie-t-elle. «J’ai rapidement compris que c’était le principal problème car 50% du gaspillage alimentaire vient des fruits ou des légumes», explique-t-elle.
«Comme un site de rencontre, mais pour des fruits et des légumes»
Sa start-up travaille sur ces produits qui ne respectent pas les normes françaises ou européennes. En somme, elle propose de leur donner une seconde chance. Pour faire se rencontrer les différents acteurs de son projet, Magali Duramé a mis au jour un cahier des charges précis, pour qu’offre et demande puissent coïncider. «C’est comme un site de rencontres mais pour des fruits et des légumes», s’amuse-t-elle. Un site de rencontres qui devrait permettre de sauver plusieurs centaines de tonnes de fruits et légumes en 2020, selon ses premières estimations. Chaque année, 10 millions de tonnes de nourriture destinées à la consommation humaine sont perdues ou jetées.
Double bénéfice de ces rencontres entre professionnels: cela permet de ne pas rogner la marge des agriculteurs qui, selon l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (la FAO), voient 14% de leur récolte en moyenne partir à la poubelle. Un chiffre qui fait écho au malaise actuel qui frappe le monde agricole.
Véritable enjeu environnemental
Ces objectifs sont en accord avec les deux volontés principales de l’entrepreneuse: mieux rémunérer les agriculteurs et agir en faveur de l’environnement. C’est pour cette raison que Magali Duramé reste vigilante, «afin que l’action ne soit pas contre-productive». En effet, reprenant les chiffres du ministère de l’Agriculture, elle estime qu’un transport de 100 kilomètres en camion n’est pas rentable écologiquement s’il n’y a pas, en moyenne, un minimum de 54 kilos de fruits et légumes dans le chargement.
Outre les nombreux partenaires, trois personnes font vivre l’entreprise. Et nul besoin de faire tourner des offres d’embauche, assure Magali Duramé. «Je reçois beaucoup de candidatures très diverses», explique-elle, pour rejoindre ce projet, qui devrait prendre en importance en 2020. D’ici là, l’entreprise prévoit de mettre au point son application afin de «faciliter la saisie des informations». Un déploiement national est également prévu, la concurrence étant encore faible dans le domaine.

Selon Mr Pierre Zéau - Le Figaro - lundi 23 décembre 2019

Écrire un commentaire