Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/01/2020

Réduire son empreinte numérique...

Dépolluer son ordinateur en prenant de bons réflexes, c'est possible. Voici quelques pistes à suivre pour s'alléger numériquement.On prend conscience
Après une soirée passée devant Netflix, on pensait au moins pouvoir se donner bonne conscience en se disant qu'on ne causait de tort à personne. C'est raté ! Le numérique prend une part grandissante dans le réchauffement climatique. Les émissions de gaz à effet de serre générées par ce secteur représentent entre 3 et 4 % de l'ensemble des émissions. À l'échelle mondiale, l'empreinte environnementale du numérique équivaut à « cinq fois le poids du parc automobile français (180 millions de véhicules) » ou encore à « 116 millions de tours du monde en voiture », compare le groupe d'experts Green IT dans une étude publiée en octobre. Un doublement ou un triplement des émissions est prévu d'ici à 2025.
On appuie sur off
En plus de la fabrication des objets connectés, responsable de la majeure partie de la pollution, l'usage que nous en avons impacte directement l'environnement. Ordinateurs, Smartphone, tablettes sont très énergivores. Cela n'a l'air de rien mais une box allumée 24 heures sur 24 consomme autant qu'un réfrigérateur, alerte l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie : l'éteindre permet jusqu'à 30 euros d'économies par an. Le premier réflexe est donc de ne pas laisser en veille un appareil inutilisé.
On limite les mails
Contrairement aux apparences, l'envoi d'un mail n'est pas anodin. Celui-ci parcourt en moyenne 15 000 kilomètres avant d'arriver à son destinataire. Si l'acheminement d'un mail ne consomme guère, la facture s'alourdit quand on sait qu'en une heure il s'en échange 8 à 10 milliards dans le monde. Limitez aussi les pièces jointes, très lourdes.
On stocke avec modération
Le stockage de données est une source de pollution invisible mais particulièrement importante. Et les capacités du « cloud » - l'ensemble des serveurs et lieux de stockage - augmentent sans cesse. Persuadés qu'il s'agit d'un espace infini, on y entasse allègrement vidéos, photos, musique... Or, si cet entrepôt nous semble virtuel, il est en fait très concret, le matériel informatique surpuissant nécessaire étant énergivore.On réduit son empreinte numérique

Supprimez tout ce que vous ne regardez ou n'écoutez jamais. Transférez photos, vidéos, fichiers du cloud vers un disque dur externe. Profitez aussi d'un dimanche pluvieux pour vider votre boîte mails. Attention, si vous gardez tout depuis des années, plusieurs weekends risquent d'être nécessaires ! Passez également en revue messageries et réseaux sociaux. Là aussi, le vertige guette face aux 78 échanges réalisés entre potes pour le cadeau des dix ans de mariage de Jean-Baptiste et Pauline de mai dernier, aux 124 messages du groupe « Week-end Ibiza » de septembre 2018 ou à l'organisation du nouvel an 2013 avec les cousins... Un conseil, radical mais efficace : effacer tout d'un seul coup. On peut aussi fractionner la corvée numérique, par demi-heure par exemple. Quand la green attitude est intégrée, une toilette express régulière suffit.
On met les séries en pause
Le coût écologique du streaming vidéo étant colossal, il convient de privilégier le téléchargement ou, au moins, le visionnage en basse définition. En 2018, selon un rapport du think tank The Shift Project, les vidéos en ligne ont émis 300 millions de tonnes de CO2 . Alors pourquoi ne pas en profiter pour revoir à la baisse sa consommation de séries - si elle est effrénée - et se plonger dans un bon vieux livre ? Votre cerveau vous dira merci, la planète aussi.

Selon Mme Laure Marchand - Elle - le jeudi 2/1/2020

Écrire un commentaire