Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/12/2019

Un crédit d'impôt pour acheter d'occasion?

Les patrons de la Camif et LeBonCoin ont peut-être trouvé la solution pour doper le pouvoir d'achat et préserver l'environnement... Dans les colonnes du 'Parisien', Emery Jacquillat et Antoine Jouteau ont en effet suggéré de mettre en place un crédit d'impôt de 15% afin d'inciter les consommateurs à préférer les produits de seconde main au neuf. Ils proposent d'inscrire cet avantage fiscal dans le projet de loi Economie circulaire, qui est actuellement discuté au Parlement.
"Ma conviction est qu'il faut encourager les achats responsables, l'occasion ou les produits écoconstruits (fabriqués à partir de produits recyclés, réparable...) parce que nos ressources sont limitées. Face à l'urgence climatique, on n'a simplement pas le choix", a affirmé le directeur du Boncoin au quotidien.
Qu'il s'agisse d'un vêtement ou d'un produit électroménager, tous les biens de consommation seraient concernés, "à l'exception des voitures", précise 'Le Parisien'. Cette démarche est soutenue notamment par Laetitia Vasseur, cofondatrice de l'association Halte à l'obsolescence programmée (HOP).
Un coup de pouce aussi pour les réparateurs
Concrètement, pour les particuliers, il suffira de remplir un formulaire, comme pour un don aux associations. Les deux patrons ont également suggéré que les boutiques physiques pourraient inscrire la mention "déductible des impôts" sur les tickets de caisse.
Emery Jacquillat et Antoine Jouteau ont expliqué aux 'Echos' que cette niche vaudrait aussi pour les réparateurs agréés par les éco-organismes, "sous la même forme de crédit d'impôt de 15% de leurs achats d'objets d'occasion, avant réparation, et dans la limite de 3.000 euros par an".
"La proposition a un triple profit. Elle dope le pouvoir d'achat, préserve l'environnement et crée de l'emploi en France en aidant les réparateurs", a affirmé le patron de la Camif au quotidien.
Le marché de la seconde main en hausse
Il faut par ailleurs souligner que le marché de la seconde main n'a cessé d'augmenter depuis ces dernières années. En effet, selon les chiffres de l'Ademe (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie), 802.000 tonnes de biens ont été vendus au titre du réemploi et de la réutilisation en 2017, soit une hausse de 38% par rapport à 2014.
Mais selon Flore Berlingen de l'association Zero Waste France, interrogée par 'Le Parisien', un frein "culturel" à acheter d'occasion persiste chez certains consommateurs. "C'est un pari particulièrement difficile pour les cadeaux d'anniversaire", a-t-elle précisé.

Selon Boursier.com - Boursier - mardi 12 novembre 2019

Écrire un commentaire