Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/05/2019

Comment résister à la mélancolie du futur...

Dans Version Fémina, Mme Valérie Josselin se demande si les Français ne seraient pas "les champions du monde du pessimisme". Elle s'appuie sur une enquête Ipsos selon laquelle seulement 3% des Français pensent que l'avenir sera meilleur. Mr Alain Braconnier, psychiatre et psychanalyste, dans un ouvrage publié chez Odile Jacob intitulé "La peur du futur", analyse le catastrophisme généralisé qu'il rencontre en cabinet et nous propose de développer des attitudes pour mieux affronter l'avenir. Car à long terme  cynisme et mal-être seraient contre-productifs.

Mr Braconnier préconise la  voie de l'optimisme lucide, car personne ne peut prévoir avec certitude ce qui pourrait arriver dans les décennies à venir. Selon lui, l'attitude la plus sage consiste à ne pas dramatiser les risques, sans minimiser les dangers. En effet, les prospectivistes pensent que 85% des métiers du futur n'existent pas encore. Dans un monde où tout va vite et doit être rentable, rêver consciemment ne serait pas  une perte de temps. Comme le jeu, cela favorise la créativité. S'en tenir à des objectifs désirables, mais réalisables. Dans "Quelle audace!" publié chez Eyrolles par Mr Maxime Fourny, il y a par exemple des histoires et des leçons inspirantes.

Le psychiatre préconise aussi le recours à la visualisation mentale pour acquérir davantage de sérénité. Nous pouvons par exemple nous projeter par l'imagination dans le futur et imaginer quel pourrait être notre nouveau métier. En tout état de cause,si nul ne peut à lui tout seul changer le monde, chacun peut à sa place se changer en empruntant de nouveaux chemins. Combattre ce qui nous semble injuste peut également donner du sens à notre vie et nous aider à lutter contre le sentiment d'impuissance. Alors, posons des actes qui nous ressemblent, au lieu de nous plaindre ou de rejeter la faute sur le monde extérieur (parents, élus, mondialisation...)!

La volonté de vivre pleinement ce qui nous est donné au présent permet souvent de rééquilibrer un quotidien souvent insécurisant. "Prendre soin de soi notamment exige de connaître sa zone de confort émotionnel et corporel", explique Mr Braconnier. Culltiver l'amitié, prendre régulièrement des nouvelles de ses proches augmente le sentiment de vivre dans un monde solidaire et bienveillant. De même, des réseaux d'entraide urbains, des colocations entre seniors ou parents solo nous aident à conntrer le règne de l'ego. Certains arrivent à rendre service à leurs voisins, à organiser des occasions de retrouvailles pour fêter quelque chose...

Enfin, le secret du bonheur pour Mme Kate Pickett et Mr Richard Wilkinson, deux épidémiologistes britanniques qui collectent des données depuis 2007, serait de pouvoir vivre dans une société égalitaire. Selon leur ouvrage "Pour vivre heureux, vivons égaux" publié aux Liens qui libèrent, les 4 meilleurs élèves de ce point de vue seraient: le Japon, la Finlande,la Norvège et la Suède. Là, il y aurait les taux les plus bas de maladie mentale, de mortalité infantile et de déscolarisation. Les cancres seraient par contre: la Grande-Bretagne, le Portugal, les Etats-Unis et Singapour...

Lyliane

 

Écrire un commentaire