Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/12/2018

Un Noël plus vert...

Maxisciences vous propose de troquer son traditionnel costume rouge pour un habit beaucoup plus vert grâce à quelques idées éco-responsables
Entre les tonnes de papier d’emballage non recyclées aux cadeaux venus de l’autre bout de la planète, en passant par la surconsommation électrique et le gaspillage alimentaire, la période de Noël représente le pire moment de l’année au niveau écologique. Mais loin de nous l’idée de vouloir vous gâcher les fêtes en nous prenant pour le Grinch ! On préfère plutôt vous donner quelques astuces et idées pour célébrer les fêtes de fin d’année sans abîmer la planète.


Mon beau sapin… Artificiel ou naturel ?
Contrairement à ce que certains, pourtant bien intentionnés, pourraient penser l’arbre artificiel n’est pas davantage éco-responsable que sa version naturelle même s’il est généralement réutilisé plusieurs années de suite. Sa fabrication est à base de matières non recyclables (notamment le plastique) et il est en écrasante majorité produit à l’étranger. Par conséquent, de par son mode de production et son transport, le sapin artificiel est une source de pollution et participe à l’émission de gaz à effets de serre. Selon l’ADEME (l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie), il faudrait garder au moins 20 ans son « Roi des forêts » en plastique pour compenser l’impact de sa fabrication… Alors qu’il est changé, en moyenne, tous les 3 ans en France. 

Selon Conservation Nature, les émissions de dioxyde de carbone liées au sapin naturel seraient de l’ordre de 3,1 kg contre 48,3 kg pour la version artificielle. On opte donc pour un véritable sapin qui via la photosynthèse produit de l’oxygène à partir du dioxyde de carbone. Il faut savoir qu’un hectare de plantation de ce conifère peut ainsi éliminer jusqu’à 26.000 kg de polluant d’air par an. Sans oublier qu’ils sont biodégradables ! C’est pourquoi il est indispensable de les déposer, après les fêtes, dans les lieux indiqués à cet effet par sa commune. 


Des emballages cadeaux écolo
D’après Greenpeace, la production d’1 kg de papier cadeau équivaut à l’émission de 3,5 kg de CO² et nécessite 1,3 kg de charbon. Sans oublier le film en plastique qui entoure généralement les rouleaux de papier d’emballage, les paillettes qui les rend plus festifs ou les fils d’aluminium utilisés pour leur brillance… Autant de matériaux qui ne sont pas recyclables.
 Et en cette période de l’année et à travers le monde, ce sont plusieurs millions de tonnes de papier cadeau qui se retrouvent à la poubelle une fois les présents ouverts C’est dire, si un « joli paquet » fait beaucoup moins joli sur le minois de la planète, une fois qu’il a été jeté. On choisit donc de présenter ses cadeaux de manière plus « green friendly ».
- En achetant du papier certifié PEFC, ce qui signifie que sa fabrication et son impression participent à la gestion durable des forêts
- En réutilisant les parties non froissées des précédents emballages (on les conserve à plat le reste de l’année)
- En apprenant l’art du Furoshiki. Une méthode d’emballage japonaise et écologique qui consiste à utiliser et réutiliser des chutes de tissus. 
- En les glissant dans un sac de shopping réutilisable. On fait ainsi d’une pierre deux coups en offrant un cadeau… dans un cadeau !
- En privilégiant les boîtes en carton, en métal qu’on pourra réutiliser une année sur l’autre
- En emballant ses cadeaux dans des jolis torchons ou serviettes en tissus bio. Encore une fois, on réussit le coup des deux présents en un !


Des cadeaux qui respectent la planète
En 2013 et selon une étude TNS Sofres, les Français auraient dépensé 584 millions d'euros pour des cadeaux non désirés. Alors halte au gâchis et pensons cette année à offrir de manière éco-responsable. On connaît déjà les objets aux labels garantissant une « green friendly attitude » et c’est très bien de les privilégier aux objets « gros producteurs de déchets » ou/et Made in L’Autre Bout du Monde. Mais on peut encore aller plus loin, en optant pour :
- Des cadeaux immatériels comme des places de cinéma, de concert, théâtre, un abonnement à une plateforme de streaming, une carte pour la piscine municipale…
- Des services sous formes de bons (mais on respecte ses engagements) valables pour une soirée de babysitting, garde de chien/chat/perruche pendant une absence, arrosage de plantes pendant les vacances, des cours d’anglais, une initiation à la guitare…
- Des objets vintage ou recyclés : on les chine dans les braderies, les dépôts-ventes, les vides-greniers, chez Emmaüs, les bourses aux jouets d’occasion
- Du « fait maison » : dans des bocaux en verre recyclé on glisse des graines bio pour se concocter une soupe, des ingrédients pour faire des cookies, des petites devinettes ou mantras à lire chaque jour de l’année…
- Des cadeaux généreux : on fait des dons au nom de ses proches. On choisit une cause qui leur est chère et on fait un virement de leur part à une association. Sur le site Good Gifts et selon son budget on choisit de participer financièrement au nettoyage des océans, à la recherche d’un vaccin contre Alzheimer, à l’envoi de jouets pour des enfants qui se trouvent dans des camps pour réfugiés… On peut aussi leur offrir la compensation de leur empreinte carbone.
Alors, Petit Papa Noël, cette année, quand tu descendras du ciel, avec des cadeaux écolos par milliers, n’oublie pas mon petit soulier…
Écrit par M.M  (Gentside)

Écrire un commentaire