Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/12/2018

Comment se comporter face aux petits tyrans!

Dans leur livre "Qui commande ici?, publié chez Anne Carrière, les pédopsychiatres Mrs Marcel Rufo et Philippe Duverger décryptent le comportement de jeunes despotes pour venir en aide à leurs parents. Mme Valérie Josselin dans Version Femina reprend des cas présentés en consultation à ces deux spécialistes, leur analyse des comportements selon l'âge de l'enfant et quelques conseils. Nous apprenons ainsi que l'opposition, les cris, les colères des bambins prennent souvent racine dans la période du "non" vers 18 mois. Ce comportement passager "s'éternise parfois face à des parents qui réaménagent leur existence en fonction des désirs de l'enfant". Selon Mr Rufo, l'objectif n'est plus d'avoir un enfant bien élevé mais un enfant heureux. Celui-ci se sent alors autorisé à "prendre le pouvoir".

Le premier cas présenté est celui d'une mère élevant seule sa petite fille de 18 mois. La relation duelle peut devenir vite étouffante, surtout si la mère se sent dépassée. Il s'agit alors d'apprendre à se séparer sans se déchirer. En introduisant un tiers (parrain, oncle…), cela aide généralement à défusionner. Pour une enfant de 4 ans, qui frappe ses frères et sœurs ou camarades, il peut s'agir de rivalité, mais aussi de pulsions maternelles agressives plus ou moins conscientes que l'enfant reproduit. Dans ce cas, les pédopsychiatres recommandent une thérapie familiale. Parfois, vers 8 ans, des enfants s'agitent et sont violents, car les limites ne sont pas clairement posées. Il faut en effet dire ce qui est autorisé et ce qui ne l'est pas, afin de laisser à l'enfant assez d'espace pour grandir et vivre des expériences.

D'autres cas présentés se réfèrent à des jeunes de 9/10 ans qui se réfugient dans leur chambre et leurs jeux vidéos. Qu'ils soient calmes ou violents, le conseil est "de réintroduire une présence parentale vivante et bienveillante", de s'intéresser à l'enfant, voire de jouer avec lui ou de regarder des films ensemble. En créant du lien, on l'aide à partager des émotions. Et à l'adolescence, il convient de rester à sa place de parent. Car "pour grandir et s'autonomiser, les enfants ont besoin d'un modèle, d'une butée". Jouer les pères copains, essayer de séduire son ado, pour contrebalancer sa propre éducation trop rigide, ce n'est pas l'éduquer, mais l'insécuriser!

Bref, cet ouvrage nous aide à réaliser qu'un "comportement tyrannique a toujours un sens". Fixer des limites claires, sans s'énerver, être cohérent et donner l'exemple, tout cela permet souvent de traverser des phases relationnelles importantes entre parents et enfants. En cas de dysfonctionnement, il est cependant recommandé de se confier à un spécialiste qui remontera dans l'histoire familiale et donnera des pistes pour sortir des crises.

Lyliane

Écrire un commentaire