Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/10/2018

Comme les Kagabas en Colombie, voir la santé faisant partie du Tout et préserver son équilibre...

Dans le journal Médecines Extraordinaires, un article de Mme Frederika Van Ingen, journaliste, attire notre attention sur les Kagabas, un peuple qui vit jusqu'à un âge avancé sans les maladies dites de civilisation (cancer, Alzheimer et Parkinson). Ils sont les derniers descendants des civilisations précolombiennes et ils vivent dans les montagnes depuis 4000 ans, préservant ainsi la mémoire de leurs traditions ancestrales.

"Les Kagabas, écrit la journaliste, voient la santé comme la résultante de leur capacité à être en accord avec les principes de la vie". Ces principes, ils les observent dans la nature et les intègrent depuis leur plus jeune âge dans leur relation au quotidien avec la nature où ils vivent. "Ils ont en plus une lecture et une compréhension de toutes les relations qui sous-tendent le vivant, invisibles à l'œil mais aux effets perceptibles".

"Quand on est en bonne santé", explique une mama, "on est comme un canal transparent". Ils organisent donc leur vie pour éviter de tomber malade. La terre qui permet l'agriculture et apporte la nourriture, offre aussi la médecine par les plantes. Chez eux, la terre permet aussi la justice (un même accès pour tous) et l'éducation car les jeunes observent le fonctionnement de la vie. Ils suivent notamment "les lois des origines ou lois de Sé", qui contiennent en elles les principes de vie.

Les chamans femmes (ou sagas) et les chamanes hommes, tous désignés avant leur naissance, ainsi que les mamas ont la responsabilité de toutes les actions pour préserver la vie. L'art divinatoire, utilisant l'eau et des quartz, est là pour savoir si un acte thérapeutique ou une décision est juste. Ils soignent beaucoup par des espaces de parole, la relation à la nature ou aux humains. Pour eux, nos maladies modernes sont "des maladies de la relation". Ils pensent que par manque de conscience "nous déchirons les trames de la vie et du vivant".

Nous pourrions emprunter aux Kagabas le besoin de nous relier au vivant. Pour ces peuples ancestraux, tout est signe. Aussi, devrions-nous à notre tour savoir accueillir toutes les informations du monde comme des signaux, y compris les inconforts dans nos relations. Nous devrions notamment chercher à accueillir nos limites comme nos fragilités, ce qui n'est pas encore très bien accepté dans nos sociétés occidentales...

Une école fondée par Eric Jullien dans la Drôme en 2006 propose des stages pour intégrer une telle philosophie du vivant. Il s'agit de "l'Ecole pratique de la nature et des savoirs", où masculin et féminin sont complémentaires en tant que polarités qui créent l'équilibre.

Pour en savoir davantage, consulter www.tchendukua.com et www.lecercledes passeurs.com. 

Lyliane

Écrire un commentaire