Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/10/2018

AVS-AESH, vers la professionnalisation ...

Dans la revue US, université syndicaliste, est soulignée la promotion de l'éducation inclusive dans le système éducatif français et la place essentielle donnée aux AESH et aux AVS. C'est à eux en effet qu'incombe la responsabilité d'accompagner les élèves en situation de handicap ( dyslexie, dyspraxie, dysphasie, élèves en fauteuil, mal voyants, troubles autistiques…). Entre 2004 et 2017, le nombre d'élèves en situation de handicap scolarisés dans le second degré est passé de 37 000 à 140 000, mais cela concerne seulement 30% de filles. De plus, l'origine sociale joue toujours, puisque en 6ème, 44% des élèves en situation de handicap viennent des familles les plus favorisées...

Ces auxiliaires de vie scolaire ont des missions de trois ordres: l'aide humaine individualisée (AESH-i), l'aide humaine mutualisée (AESH-m) et l'accompagnement en ULIS (AESH-co) ou unité localisée pour l'inclusion scolaire. Les deux premières sont décidées par la CDAPH ou commission pour les droits et l'autonomie des personnes handicapées, la troisième relève de l'autorité académique.

Il s'agit concrètement d'accompagner les élèves dans l'accès aux activités d'apprentissage et dans les activités relationnelles et sociales. Cela peut aller jusqu'à la distribution de médicaments aux élèves  dans le cadre d'un PAI (projet d'accueil individualisé) et de certains gestes techniques de soin, avec accord de l'employeur. Les AESH sont recrutés sous contrat de droit public, alors que les AVS , détenteurs d'un contrat aidé sont recrutés sous contrat de droit privé. ils peuvent être affectés sur un ou plusieurs établissements.

Les AESH signent généralement des CDD d'un an les 6 premières années d'exercice, même si la loi permet des CDD de 3 ans, puis ils signent un CDI. Ils peuvent cumuler deux activités professionnelles. Seuls les AESH peuvent assurer l'accompagnement de sorties, de voyages avec nuitées et des stages pendant la durée de leur temps de travail. Les contractuels en CUI-CAE signent un contrat de 6 à 24 mois, prolongeable. au bout du 9ème mois ils peuvent prétendre signer un CDD d'AESH.

Les AESH ont droit à la formation professionnelle tout au long de leur vie (compte personnel de formation selon l'article 22 de la loi n° 83-634 du 19/01/2017).Ils sont recrutés sans condition de diplômes, mais doivent justifier d'une expérience d'au moins 9 mois et suivre une formation d'adaptation à l'emploi ou engager une démarche de validation des acquis (VAE) conduisant au diplôme d'Etat d'accompagnant éducatif et social. Dans le cas d'AVS , l'employeur a l'obligation de favoriser la réalisation du projet professionnel des salariés. ils bénéficient de 60 h de formation d'adaptation à l'emploi (30 h par année) ce qui paraît dérisoire vu la diversité de leurs tâches. Ces heures sont des heures de travail effectif.

Sur place, les prescriptions et recommandations du législateur n'ont malheureusement pas été accompagnées des investissements nécessaires. Aussi, des moyens en personnels, en formation, mais aussi en dispositifs et en structures d'accueil sont nécessaires. Par exemple: repenser l'accessibilité des bâtiments, le suivi des parcours, faciliter l'intervention des acteurs médico-sociaux et garantir l'application des textes…

L'accompagnement spécifique des élèves porteurs de troubles dys, troubles cognitifs bien cernés par la médecine aujourd'hui, est notamment à revoir. C'est non seulement un défi majeur pour les enseignants non formés à ces troubles la plupart du temps dans des classes surchargées, mais aussi un souci pour les familles. Celles ci doivent solliciter un PAP (plan d'accompagnement personnalisé).  Les évaluations et les examens doivent être aménagés pour ce type d'élèves. Rappelons qu'en France il y aurait entre 6 et 8% d'élèves porteurs de troubles dys.

De plus en plus, l'Education Nationale s'achemine vers une prise en charge diversifiée des élèves. Mais il reste beaucoup à faire pour maintenir un service public de qualité, notamment quand on entend annoncer la suppression de 120 000 emplois dans les établissements secondaires!

Lyliane

Écrire un commentaire