Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/09/2018

A Grenoble, écologie et justice sociale sont conjugués dans tous les projets municipaux...

Un dossier complet a été publié dans le journal La Croix par Mrs A. Peillon et Bénévent Tosserile en avril 2018. Il concerne la ville de Grenoble (Isère), où la démocratie participative semble un principe à l'œuvre dans l'équipe municipale. Par exemple, Mr Yann Mongaburu, âgé de 36 ans, délégué à l'intercommunalité et président du syndicat mixte des transports en commun grenoblois estime que" la responsabilité environnementale est toujours intimement liée à la justice sociale et territoriale". Il prône la marche à pied, la circulation à bicyclette et il se félicite des résultats de la réduction de la vitesse à 30 km/h dans l'agglomération. Les espaces publics doivent, selon lui, être partagés avec bienveillance vis à vis des plus vulnérables, notamment les jeunes enfants et les personnes âgées.

Le budget annuel de 800 000 euros a fait l'objet d'une étude de faisabilité technique, juridique et financière et il sera soumis au vote en ligne du 2 au 6/10/2018. Ainsi, des idées d'investissements publics pourront être proposées par les citoyens grenoblois, comme c'était déjà le cas depuis 2015. L'Association A.D.E.S (association pour la démocratie, l'écologie et la solidarité) soutient la municipalité et comporte parmi ses membres plusieurs élus de la municipalité. Quant au maire écologiste de Grenoble, Mr Eric Piolle, il dit "inscrire son action en fonction du bien commun". Il cite le retour à la gestion de l'eau dans le giron public en 1999, qui lui semble avoir porté beaucoup de fruits. La fourniture de l'énergie se fait grâce à une société d'économie mixte détenue à 50% plus une action par la Ville de Grenoble…

Mr le Maire souligne la cohérence de leurs actions, qui lui semble pionnière et pourrait servir de modèle d'administration du territoire. Depuis 2014 par exemple, la Ville et la Métropole ont planté 3 500 arbres dans la ville et il est projeté d'atteindre 15 000 plantations d'arbres d'ici à 2030. Des arbres fruitiers poussent sur des places et la végétalisation des immeubles a commencé. On compte 23 jardins partagés gérés par la Ville ou des Associations. La municipalité a même permis l'occupation temporaire de deux maisons à démolir pour que des sans abri ou des squatteurs puissent en profiter...

Bref, à Grenoble, le cadre de vie a changé grâce à un contact étroit avec la population. Mr le maire cherche à faire connaître ses actions. Il était présent en avril 2018 à l'Institut Catholique de Paris pour un débat sur le thème: Ecologie et bien commun". Espérons que d'autres communes françaises prendront modèle sur une telle gestion démocratique et soucieuse d'écologie, ce qui n'est pas courant...

Lyliane

Écrire un commentaire