Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/08/2018

Emission choc sur le lobbying à l'Assemblée Nationale...

Un petit article dans le Journal Télérama de Mr Benjamin Roure attire notre attention sur une émission diffusée le 2/6 pendant 25 minutes et que l'on peut peut-être encore écouter sur www.franceinter.fr/emissions/secrets-d-info, concernant la façon dont ouvertement Mr Thierry Coste évoque son métier: lobbyiste! Ses activités consistent à "faire valoir les arguments de ses clients auprès des parlementaires". Jusque là personne ne s'en était fait l'écho...

Les journalistes Isabelle Souquet et Marjolaine Koch ont eu la rude tâche d'expliquer comment les cigarettiers ou les tenants de l'industrie chimique par exemple tentent d'influer sur le travail législatif! Cela se ferait notamment "à coups de bouteilles de vin, de places de spectacle ou de colloques organisés pour flatter un député". Des interviews d'ex-ministres, de députés ou de lobbyistes détailleraient sans complexe dans l'émission "des procédés parfois limites", comme la surveillance des amendements en cours de rédaction à l'Assemblée Nationale française...

Nous apprenons ainsi que sur les 298 membres de cabinets ministériels actuels, 43 ont travaillé dans le lobbying. Personnellement, je suis choquée d'apprendre ces chiffres et cette situation, présentée comme "normale" dans un pays démocratique, où les élus sont censés nous représenter! Pas étonnant que personne n'arrive à faire condamner des laboratoires aux manières douteuses ou à faire retirer le glyphosate par exemple jugé pourtant par tous les experts dangereux pour la population! Et la même situation existerait également au Conseil de l'Europe!

Il faudrait, il me semble, que Médiapart, Le Canard Enchaîné (pourtant si avides de scandales avérés), les députés et ministres intègres d'En Marche et même Mr le Président Macron lui-même se penchent sur ce véritable "scandale" et y mettent fin. Car cela revient à "acheter nos députés". Voilà de quoi nos journaux, médias et journalistes comme Mme Elise Lucet par exemple feraient bien de s'emparer!  A part France-Inter, qui dénonce cette véritable dérive, c'est le silence complice qui me semble hélas régner chez nous. Un peu plus de moralisation dans la vie politique en France ne ferait pas de mal à mes yeux de simple citoyenne.

Lyliane

Écrire un commentaire