Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/08/2018

Faut-il avoir peur des écrans? demande Mr Marcel Rufo, le célèbre pédopsychiatre.

Mr Marcel Rufo, interviewé récemment à Bordeaux par Mmes Frédérique Préel et Fanny Plateau pour Version Femina, s'est voulu rassurant concernant l'usage des écrans. Selon lui, "il faut éviter de diaboliser les outils de communication actuels, car ils font partie de nos vies". Nous sommes, en effet, entrés dans une nouvelle ère et il n'y a pas de quoi paniquer en tant que parents. Ne pas oublier par exemple que les écrans ont renforcé nos liens: par exemple dans la communication par Skype, Viber… avec des membres de la famille, des amis éloignés. De plus, pour les personnes timides, "l'écran aide à entrer en contact avec les autres".

Les adultes évoquent souvent les contenus pornographiques ou violents auxquels de jeunes enfants peuvent être exposés. Il faut, certes, trouver le moyen de "maîtriser ces images qui peuvent choquer nos jeunes enfants". Le contrôle parental peut par exemple sur la télé comme sur l'ordinateur servir de garde-fou… Et la vigilance est de mise! Quant aux jeux vidéos, soyons sincères: ils sont très bien conçus, affirme le pédopsychiatre, et les adultes eux - mêmes sont susceptibles d'y devenir "accros".

"L'addiction aux jeux vidéos, pour Mr Rufo, n'est jamais la révélation d'une fragilité". C'est parfois le révélateur que quelque chose ne va pas dans la vie de tous les jours. Nous devrions nous questionner dans ce cas: "Pourquoi mon enfant a-t-il besoin de cela pour exister? Manque-t-il à ce point de confiance en lui qu'il se réfugie dans le virtuel?  Pourquoi et de qui, de quoi s'isole-t-il avec les écrans?"

Avec les adolescents, qu'il considère "comme de véritables syndicalistes", Mr Rufo conseille de négocier. Si l'on est trop strict, ils vont réagir violemment. Il faut aussi savoir que la communauté adolescente de nos jours ne peut vivre sans écran.  Ne pas sanctionner en interdisant totalement le portable, la tablette, la télévision ou l'ordinateur! Donner plutôt, en concertation avec eux, des plages horaires à respecter, des consignes à suivre par rapport au travail scolaire.

"J'ai remarqué, dit le pédopsychiatre, que la tablette calme les instables psychomoteurs, les hyperactifs. Cela les aide à mieux se concentrer. Et les laisser jouer un peu peut être un bon dérivatif pour des enfants qui manquent d'estime de soi". Les petits ont besoin d'images. A nous de choisir des logiciels adaptés! Par contre, ne pas remplacer la discussion ou la lecture du soir par les écrans, car le moment du coucher est important pour les échanges affectifs parents/enfants.

Bref, les écrans comme beaucoup de choses ne sont pas mauvais à priori. En classe, ils sont utiles et à la maison, c'est comme un dictionnaire interactif permettant des recherches. Leur usage mérite simplement d'être encadré par beaucoup d'écoute et de compréhension de la part des adultes. Certains ne donnent pas toujours le bon exemple et font ce qu'ils interdisent aux jeunes… Voyons donc les aspects positifs que les écrans permettent au quotidien et ne ramons pas à contre-courant! Nos parents autrefois ont boudé la télévision et craint sa généralisation. Aujourd'hui, nous vivons avec, mais nous n'en sommes pas devenus accros pour autant...

Lyliane

 

Écrire un commentaire