Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/03/2018

Une école de la deuxième chance pour les décrocheurs...

Un article d'une journaliste du quotidien Nice-Matin du 4 février 2018 a retenu mon attention. Il concerne un projet, exposé devant le Conseil de la Métropole NICE Côte- d'Azur par Mr C. Estrosi, de créer un dispositif, afin de raccrocher les jeunes sortis du système scolaire sans diplôme. Ce dispositif existe déjà depuis plus de 20 ans en France et donne des résultats encourageants, puisque le réseau E2c avance un taux de 62% de sorties positives (formation qualifiante, en emploi en alternance ou en contrat aidé) ou de 16% en sortie dynamique(CDD de moins de deux mois). 

Les écoles de la deuxième chance accueillent chaque année 15 000 jeunes de 18 à 26 ans dans notre pays. Ces jeunes relativement fragiles et en rupture scolaire, se sont retrouvés sans diplôme, sans formation, mais ils ont le désir de s'en sortir. Aussi, il leur est proposé une remise à niveau  et une insertion dans le monde professionnel. Ce "retour à l'école" dure 6 à 7 mois en moyenne. Les "stagiaires" perçoivent une rémunération de 300 euros par mois financés par la Région organisatrice.

En région PACA , une première étude de faisabilité avait eu lieu dès 2009, conduite par le réseau E2C. Le Conseil régional aurait alors préféré financer la création de cette école de la 2ème chance sur Marseille. Aujourd'hui, le projet a été relancé. Une nouvelle étude de faisabilité était donc soumise au vote de la Métropole pour un montant de 12 000 euros. Cette école de la 2ème chance pourrait être "adossée eu Centre de formation automobile (CFA) de Carros (06)". Beaucoup d'élus ont applaudi cette proposition, qui fut adoptée à l'unanimité, même si quelques-uns au passage ont regretté les délais de création et le poids de la dépense pour la Métropole.

 

Espérons que ce projet désormais verra le jour rapidement! Et merci à E2C qui porte ce type de projets dans notre pays! C'est, quoi qu'il en soit, l'occasion de rappeler l'existence de ce dispositif de repêchage pour des jeunes qui souhaitent se situer positivement dans notre société, au lieu de demeurer en marge. 

Lyliane

Écrire un commentaire