Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/03/2018

Si votre enfant est en surpoids: que faire?

Le Dr Hélène Thibault, pédiatre au CHU de Bordeaux, fait le point dans Version Femina sur le cas des jeunes français en surpoids. Elle rappelle que dans notre pays 14 à 18% des enfants de 3 à 17 ans souffrent d'une accumulation excessive de masse grasse pouvant conduire à l'obésité. Toutefois, pour éviter que cette tendance s'installe durablement et s'aggrave avec l'âge, il faut savoir que des solutions existent. Aussi est-il important de diagnostiquer au plus tôt un excès de poids. Il y a des facteurs de risque comme le tabagisme de la mère pendant la grossesse, un petit ou un gros poids de naissance, des difficultés psychologiques de l'enfant, une situation économique précaire de la famille, des facteurs génétiques...

Pratiquement, le suivi de l'indice de masse corporelle (IMC) évaluant la corpulence de l'enfant quel que soit son âge peut s'effectuer grâce au carnet de santé et à des consultations médicales régulières. Le calcul s'effectue habituellement en divisant le poids de l'enfant en kg par sa taille en mètres. En principe, affirme la pédiatre, la courbe de corpulence doit augmenter jusqu'à l'âge de 1 an, puis décliner jusqu'à l'âge de 6 ans, avant de remonter à nouveau de façon continue pour préparer la puberté. Un rebonds d'adiposité précoce, avant l'âge de 6 ans, indiquerait souvent un surpoids naissant. C'est pourquoi la Haute Autorité de Santé (HAS) préconise la surveillance systématique de l'IMC chez tous les enfants et adolescents par un médecin au minimum deux ou trois fois par an.

Lorsqu'un excès pondéral est décelé, il est essentiel de susciter une prise de conscience chez l'enfant et sa famille. Dans certaines cultures,  il faut savoir qu'un enfant potelé est parfois signe de bonne santé. Dans les familles en situation de précarité, la survenue de l'obésité est toutefois deux à trois fois plus importante. Bien entendu, il ne faut pas dramatiser une courbe de corpulence élevée au-delà des limites de référence. Le mieux serait de rassurer l'enfant en lui fixant des objectifs atteignables. A cet âge, un régime à lui tout seul ne permet pas toujours de stabiliser le poids. Un accompagnement médical régulier de l'enfant et sa famille (tous les trimestres au moins) est plutôt préconisé. "En régulant les apports énergétiques (alimentaires), en augmentant l'activité physique (1H par jour), en limitant la sédentarité (écrans), en dormant suffisamment, l'enfant peut normaliser ses habitudes de vie et participer de lui-même aux conseils prodigués".

Sur le plan alimentaire, le grignotage des jeunes est à proscrire et une réduction des aliments salés (chips, charcuterie...) ou trop sucrés (sodas, biscuits, crèmes dessert...) est à obtenir. Un équilibre doit être trouvé chez les parents entre permissivité et autorité dès le plus jeune âge. Les aliments "récompense" sont par exemple à éviter (chocolat, bonbon, pizza, gâteaux...). Le petit-déjeuner ne doit pas être sauté et les repas à heure régulière et à table en famille, au moins le soir, est recommandé. "Un environnement favorable, une bonne hygiène de vie et un suivi régulier suffisent souvent à endiguer une tendance au surpoids" dit la pédiatre.

Quoi qu'il en soit, il faut savoir qu'il existe un réseau de prévention et de prise en charge de l'obésité pédiatrique (Réppop) dans une dizaine de régions en France pour suivre les jeunes sur 1 à 2 ans. Là, une diététicienne, un kinésithérapeute, un psychologue, un moniteur sportif donnent gratuitement des consultations. L'usage du dossier médical informatisé facilite les échanges d'information. Enfin, une approche pluridisciplinaire est également proposée dans certains C.H.U. (centres CSO).

Pour aller plus loin sur le sujet, consulter par exemple le site: www.cnreppop.com.

Lyliane

Écrire un commentaire