Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/01/2018

Un stage de troisième pour tous les collégiens...

Mme Olivia Fortin, 40 ans, est à la tête de Wooom et Organik, deux entreprises spécialisées dans l'événementiel à Marseille. En 2016, elle est devenue ambassadrice de la première antenne régionale de "Viens voir mon taf", une association unique en son genre dans la deuxième ville de France pour aider les élèves de troisième à trouver des stages. Dans les quartiers aisés, les élèves se projettent vers des cabinets d'architectes ou de vétérinaires. Mais, pour les élèves défavorisés ou issus de l'immigration, découvrir le monde du travail grâce à ces stages est source de stress et de déconvenue.

Mme Caroline Bonnefoy, du journal La Croix, nous fait part, en effet, de la prise de conscience de cette femme que ces stages sont avant tout une affaire de réseaux. Les élèves comme Kader, un jeune collégien qu'elle a côtoyé à l'occasion du stage de 3ème dans son entreprise, s'ils sont issus des Quartiers nord de Marseille ou de collèges classés en Réseau d'éducation prioritaire (Rep ou Rep+) n'ont aucune chance d'obtenir un stage autre que dans des kebabs ou des carrosseries. Cela accroit encore la fracture sociale et n'aidera pas ces jeunes plus tard à sortir d'une discrimination à l'embauche...

Leur dénicher d'autres types de stages est devenu sa préoccupation. Elle n'hésite pas à frapper aux portes des entreprises pour glaner des places dans les médias, la gendarmerie, des restaurants... Il lui en faudrait 300 environ, mais elle a déjà obtenu une cinquantaine de promesses de stages pour les collégiens marseillais. Elle œuvre également afin de sensibiliser les jeunes comme les employeurs à leurs devoirs mutuels: ponctualité et bon comportement pour les stagiaires et un accueil et un encadrement bienveillant pour ces élèves au cours de leur semaine de stage.

Mme Fortin est persuadée qu'un jeune de 15 ans qui trouve une place ponctuelle dans la société au cours de ce stage pourra plus facilement faire son chemin dans sa vie professionnelle que s'il avait été refoulé de toute part. Tordre le cou aux préjugés n'est cependant pas simple... Une initiative quoi qu'il en soit qui pourrait être mise en œuvre partout en France. Pour se renseigner, contacter: www.viensvoirmontaf.fr.

Lyliane

Écrire un commentaire