Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/09/2017

La marche, comme un chemin de traverse...

 
 
 
Notre société qui valorise la performance et la vitesse redécouvre avec la marche une autre manière de sortir de la frénésie en avançant à un rythme différent. Nos ancêtres pratiquaient cette activité naturellement à raison de 5 à 10 km par jour. L'anthropologue David Le Breton, auteur de «L'éloge de la marche» (paru chez Métaillé) de même que le philosophe Philippe Gros, qui a écrit: «Marcher, une philosophie» chez Flammarion, nous incitent à revenir à ce «carburant intime» censé nous libérer des contraintes, nous aider à évacuer l'anxiété et surtout nous donner du plaisir.

En effet, il a été constaté que marcher 90 minutes au moins dans un environnement naturel quel qu'il soit chasse les idées négatives et apaise les tensions éventuelles. De plus, en marchant ce n'est plus la tête qui nous mène, mais tout le corps. La marche nous permet également de regarder vraiment le paysage qui nous entoure, ce qu'apprécient les randonneurs.

Enfin, pour beaucoup de créateurs, d'artistes (chanteurs, poètes, comédiens, écrivains) les idées viennent naturellement en marchant. La cadence des pas stimule en effet la mémoire et l'inspiration. Les psys ont remarqué que les personnes dépressives, malades, en deuil ou en burn out ont aussi besoin de s'oxygéner pour faire descendre leur niveau de stress, d'émotions et se relier à la terre.

Le nombre croissant de marcheurs empruntant le chemin de Compostelle (le Camino), comme des voies plus ou moins difficiles dans les Alpes, les Pyrénées ou les Carpates, démontre le besoin pour nos contemporains de vivre au rythme de la nature, dans le silence, en recherche d'un objectif qui se gagne pas à pas. Un écrivain, Mr Olivier Bleys, a entrepris par exemple de faire le tour du monde à pied (20 000 km) à raison d'un mois par an. D'autres font «le chemin de la paix» de Vézelay en Bourgogne ou celui d'Assise en Italie (1500km). Quoi qu'il en soit, sur des chemins d' aventure ou pas, marcher ramène à l'essentiel, libère du quotidien, apaise ou stimule et le plus souvent nous régénère. Donc, que du bonheur!

Lyliane

Écrire un commentaire