Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/03/2017

Protéger les éléphants avec une pétition de Avaaz...

 
 
       
 

Des éléphanteaux naissent désormais dépourvus de défenses, en une tentative désespérée de survivre à la cruauté et à la cupidité humaines. Nous massacrons ces majestueux animaux pour des bibelots en ivoire! Pour la première fois, la Chine a annoncé la fermeture de ses marchés. Si nous amenons l’Europe à lui emboîter le pas, nous pouvons interdire à jamais le commerce de l’ivoire. Rejoignez la campagne:
JE SIGNE
Chères amies, chers amis,

Nous sommes sur le point d’éradiquer les éléphants de la surface de la Terre. Leur situation est si grave que certains naissent désormais sans défenses, en un ultime coup de poker au grand jeu de l’évolution pour survivre à la cruauté humaine.

Pour la première fois, la Chine, le plus grand importateur d’ivoire au monde, a annoncé une interdiction de l’ivoire. Aujourd’hui, si nous sommes assez nombreux, nous pouvons amener l’Europe, le premier exportateur mondial, à suivre son exemple!

L’année dernière, nous avons braqué les projecteurs sur le marché florissant de l’ivoire en Europe et provoqué un scandale. Aujourd’hui, de plus en plus de voix s’élèvent pour demander sa fermeture. C’est notre chance! Rejoignez l’appel et diffusez autour de vous -- faisons entendre un tollé pour interdire à jamais le commerce de l’ivoire:

Signez pour interdire le commerce de l’ivoire

Les éléphants sont incroyables - ils s’entraident dans l’adversité, peuvent reconnaître la mort et pleurent leurs disparus. Aujourd’hui, le braconnage est responsable d’une sélection bien peu naturelle... Selon de nouvelles recherches, 98% des éléphants femelles sont désormais dépourvues de défenses dans certaines régions d’Afrique!

Les marchés légaux de l’ivoire sont une couverture idéale pour les ventes illégales et alimentent les massacres. C’est pourquoi la fermeture du marché chinois est une formidable source d’espoir. Et l’exportation d’ivoire par l’Europe n’a aucun sens. L’UE a joué un rôle déterminant dans la lutte contre le braconnage, et maintenant que la Chine fait des progrès, l’Europe n’a pas d’excuse pour continuer à autoriser cette vente!

Il est temps de demander à l’Europe de fermer ses marchés, et d’interdire tout commerce de l’ivoire. Les discussions ont commencé à Bruxelles. Mais si nous ne nous faisons pas entendre, les profiteurs de l’ivoire pourraient l’emporter et maintenir ce commerce sanglant.

Signez pour interdire le commerce de l’ivoire

L’an dernier, nous avons été plus d'1,5 million à demander l’interdiction totale de l’ivoire lors du plus grand congrès de protection de la nature du monde -- et ils l’ont fait. Aujourd’hui, nous devons obliger nos gouvernements à maintenir le cap, et donner aux générations futures une chance de découvrir ces merveilles que sont les éléphants.

Avec espoir,

Marigona, Danny, Spyro, Alice, Bert et toute l’équipe d’Avaaz

Commentaires

Défendre les éléphants c'est très bien, et j'ai signé la pétition d'Avaaz. Seulement il ne faut pas le faire avec des arguments scientifiques erronés: non, si de plus en plus d'éléphanteaux naissent sans défenses, ce n'est pas dans "une tentative désespérée de survivre à la cruauté et à la cupidité humaines". La volonté de l'animal ou de son espèce n'a rien à y voir.

Si on tue tous les éléphants à grandes défenses et qu'on épargne ceux qui n'en ont pas (certains naissent naturellement sans défenses), alors on augmente la proportion de "sans défenses" dans la population. Les "sans défenses" vont donc avoir une descendance nombreuse alors que les autres vont progressivement être plus rares...

Au final, en quelque générations on aura une population presque exclusivement dépourvue de défenses...

Aucun animal n'a "changé pour s'adapter".... c'est la proportion de différents caractères qui a changé dans la population sous l'effet de la sélection (ici produite par le braconnage).

Écrit par : Brouard Colette | 13/03/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire